LES AMÉNAGEMENTS DE LA VIE QUOTIDIENNE

L'enfant dyspraxique est confronté à un certains nombres de difficultés au quotidien, Des gestes anodins pour la plupart peuvent rester compliqués pour eux, Ceci de la petite enfance au début de l'adolescence, voire même dans l'âge adulte,

Une prise en charge précoce et efficace améliorera ses chances de progrès et d' autonomie, Les parents, frères et sœurs seront les meilleurs alliés de l'enfant dyspraxique afin d'alléger son quotidien, Les enseignants également par leur bienveillance ainsi que la confiance qu'ils peuvent lui donner,

1. L'habillage

 

L'enfant dyspraxique a du mal à choisir ses vêtements dans son placard ou ses tiroirs, Veillez à bien ranger ces derniers par catégories, dans l'ordre où il doit les enfiler, en facilité l'accès afin de le pousser à l'autonomie et éviter qu'il ne s'habille à l'envers, Préparer sa tenue avec lui la veille afin d'éviter le stress du matin,

Vous pouvez favoriser les vêtements portant un dessin ou logo sur le devant, un col en V par exemple afin de l'aider à l'enfiler à l'endroit,

Eviter toute distraction pendant l'habillage afin que votre enfant reste concentré.

 

Les vêtements composés de boutons, lacets ainsi que l'usage de ceinture ou bretelles sont souvent compliqués, Favoriser les scratchs (pour les chaussures notamment), les pantalons à cordon ou taille élastique type leggings, Pour la fermeture éclair du blouson, on peut agrandir la partie métallique à enclencher afin d'en facilité la manipulation,

Les gants peuvent être difficiles à enfiler, on peut favoriser les moufles ou les mitaines munies de capuchons pour le bout des doigts.

Pour les chaussures, comme tout ce qui fonctionne par paire, prendre l'habitude de donner une couleur pour la gauche et une autre pour la droite qui suivra l'enfant tout au long de ses apprentissages.


Il est également conseillé d'acheter les chaussettes une taille au dessus afin qu'elles ne soient pas trop serrées et glissent plus facilement le long du pied.

2. Les repas 

L'enfant dyspraxique peut rencontrer certaines difficultés au moment des repas, conséquences de ses troubles d'orientation, de motricité fine ainsi que de manque de mémorisation du geste répété. 
 

Il doit se tenir assis, utiliser des couverts ( remplir sa cuillère et piquer avec sa fourchette ), porter les aliments à sa bouche de manière répétée et enfin, boire dans un verre,

On peut l'aider, le pousser vers l'autonomie et lui donner confiance avec quelques aménagements simples :

  • veiller à ce que l'enfant soit bien installé à table ( stable, dos calé, bonne hauteur de la chaise )

  • lui donner des couverts et ustensiles adaptés à son âge et pratiques, Des cuillères et assiettes suffisamment profondes afin d'éviter les débordements, conserver le verre à couvercle quelques temps encore, utiliser un tapis anti-dérapant sous l'assiette, le verre ainsi que les couverts afin d'éviter les chutes et faciliter la découpe des aliments,

  • Une certaine tolérance à la « saleté » et aux maladresses sera la bienvenue pour ne pas transformer le repas en moment de stress,

  • On peut munir son enfant d'un tablier, blouse pour peinture afin de limiter les salissures, Ne pas trop remplir les verres et assiettes afin d'éviter les « accidents »,

  • Toute la difficulté en tant que parents est de l'aider tout en le portant vers l'autonomie,

  • Si votre enfant doit manger à la cantine, bien prévenir le personnel encadrant de ses difficultés afin qu'une attention particulière lui soit apportée,

 

 

3. L'hygiène  

 

l'enfant dyspraxique ne maîtrise souvent pas son corps au même rythme que ses petits camarades, Il a du mal à sentir lorsqu'il doit aller aux toilettes, à se déshabiller assez vite d'où des « accidents » répétés ( prévoir une tenue de rechange lors des sorties en famille et à l'école )
 

Il convient de lui suggérer fréquemment d'aller aux WC, lui faciliter la tâche grâce à des vêtements facile à enlever et remettre, un pot adapté ou un réducteur selon l'âge ainsi qu'un marche pied pour rendre l'accès aux toilettes plus aisé, On peut encourager les garçons à faire pipi assis car ils ont souvent du mal à viser le trou des toilettes. 
 

Le petit dyspraxique gère mal la pression sur les flacons de produits, aussi il en consomme souvent trop, Il suffit de lui mettre à disposition des flacons-pompes qui l'aident à doser la quantité de savon ou shampoing nécessaire, on peut fournir à son enfant un peignoir de bain pour se sécher et une brosse à dents électrique afin de facilité son autonomie,


Coiffer et attacher les cheveux est souvent difficile, Les parents devront aider les filles  notamment si elles choisissent de garder les cheveux longs plusieurs années avant d'être autonomes,

Comme toujours, bien sensibiliser l'enseignant et le personnel encadrant aux besoins particuliers de l'enfant.

 

4. Le sport / les loisirs  

 

Ces activités sont propices à la détente face à tous les stress qu'un enfant dyspraxique peut rencontrer au quotidien, elles peuvent aussi lui permettre de retrouver confiance en soi car il réussit, n'est pas en difficulté et peut agir seul, en autonomie « comme un grand », il n'est pas « noté »,

Eviter donc ce qui pourrait le mettre en échec comme les jeux de motricité fine (petits Lego, puzzles de petites pièces, jeux de construction type Mécano), jeux de société où il faut déplacer de petits pions sur un plateau encombré.

Des activités demandant de la coordination ou de l'habileté manuelle comme  les sports en cours collectifs, certains instruments de musique, l'athlétisme, le bricolage en général sont à éviter,

 

Il est préférable de l'orienter vers des activités sans concurrence, le poussant à connaître et sentir son corps ainsi qu'à le muscler ( jouer dans une piscine, faire de la luge, du trampoline, du foot en petit comité), Certaines activités peuvent l'aider à développer la coordination oeil-main comme le baby foot, les jeux vidéo ( avec modération car très stimulants et donc fatigants ), la cuisine et pâtisserie.

Le jardinage ( préparer la terre, semer, arroser, récolter ) ainsi que la proximité des animaux est souvent très relaxante pour ces enfants parfois en manque d'amis ( chiens, chats, poneys, rongeurs,,,), S'occuper d'eux au quotidien ( les brosser, nourrir, aider à changer leur cage,,, les met en valeur et en confiance.

La culture sous forme de théâtre, concerts, cinéma, est primordiale pour leur bon développement.

5. L'orientation dans le temps et l'espace

 

L'enfant dyspraxique a parfois plus de difficultés à se repérer dans le temps et l'espace que ses camarades.

Il est important de lui donner des repères, surtout dans des lieux nouveaux comme lors de vacances par exemple, Lui montrer l'église, la fontaine, un magasin par rapport à l'entrée de l'immeuble ou sur le chemin de l'école par exemple.
 

Penser à tenir un calendrier journalier ou semainier prenant en compte les lieux, les horaires, les personnes qui prennent en charge l'enfant sous forme de pictogrammes ou photos par exemple afin de structurer son temps.

 

6. Le quotidien

 

Voici quelques conseils pour comprendre et aider nos enfants, Ils sont bien sûr à adapter à chacun car ils ont tous leurs particularités, points forts ou difficultés, Il est parfois compliqué de les aider sans les infantiliser, briser leur estime de soi, aussi, n'hésitons pas à les responsabiliser dans la mesure de leurs possibilités afin de les mettre en valeur.
 

Il faut souvent se montrer patient, ne pas avoir peur de répéter les consignes et informations un grand nombre de fois avant quelles ne soient mémorisées,

 

• La fatigue : il est impératif pour les proches et le corps enseignant de comprendre que nos enfants fournissent des efforts importants de concentration, application, mémorisation,,,bien supérieurs à la moyenne et puisent ainsi dans leurs ressources continuellement, occasionnant une fatigue importante qui doit absolument être prise en compte, Il convient de faire des pauses, fractionner les activités, donner une seule consigne à la fois,

• La sociabilité : l'enfant dyspraxique a souvent du mal à s'intégrer aux camarades du même âge car il n'a pas les «  codes » pour communiquer, il ne sait pas toujours comment les aborder, se sent différent, décalé, Les autres ( enfants et adultes ) le perçoivent parfois comme immature, paresseux, déficient, profitant des aides apportées, alors qu'en fait il les subit, Ils agissent ainsi par manque de connaissances, informations, il est parfois nécessaire de parler avec eux afin d'expliquer la situation et désamorcer une situation de rejet, de souffrance.

 

Autres conseils : 

*Faire participer l'enfant à la gestion de son cartable, son sac de sport, de goûter, sa valise pour les vacances...

*Organiser le rangement des jouets, vêtements, livres avec l'enfant grâce à des étiquettes, pictogrammes, photos...

*Possibilité de créer des fiches avec images pour détailler les étapes d'une activité à réaliser ( laver les dents, s'habiller...). Les documents doivent être succincts, pas trop chargés pour que l'enfant ne se perdent pas parmi trop d'informations.

*Il est conseillé de leur lire beaucoup d'histoires, des chansons, montrer des vidéos et documentaires car ces informations orales peuvent être répétées et sont bien mieux assimilées.