Audio - Slam

Pages publiques

Ce mois-ci

Il faut être connecté pour accéder aux détails et s'enregistrer


Mapo, la maman de Zéphir

On doit dire que pendant la période de l'école élémentaire, ce fut difficile mais avec un seul interlocuteur(le maitre ou la maitresse), on a plus ou moins limiter les dégâts[...]



Mapo, la maman de Zéphir

On doit dire que pendant la période de l'école élémentaire, ce fut difficile mais avec un seul interlocuteur(le maitre ou la maitresse), on a plus ou moins limité les dégâts.

L'entrée au collège est différente. Je dois dire au parents de privilégier le collège de quartier, comme le préconise la loi 2005. Maintenant cela fait 4 ans et on dira que dans l'ensemble les équipes d'enseignants ont entendus «dys» !

 

Les parents doivent se prémunir du PPS. 


Pour cela ils ont intérêt en CM2 à prévoir si besoin l'AVS, et le dossier MDPH pour l'entrée en 6ème. Notre grande erreur fut de ne pas avoir de PPS écrit et donc nos souhaits d'aménagements pédagogiques passèrent pour des caprices de parents anxieux (malgré bien sûr les bilans , qui n'ont pas été souvent lus).


De plus nous avions bien expliqués les 2 pathologies de Zéphir (dysphasique et dyspraxique) et ce fut effrayant pour la principale d'entendre tout cela.

 

Donc ! Nous devons aussi bien mettre en avant les qualités et les capacités de nos enfants. Nous devons toujours faire et dire plus !

 

Pour l'ESS (l'équipe de suivi de scolarisation) je fais intervenir les professionnels, l'ortho, l'ergo, le pédopsychiatre, je leur ai tous demandé de me rédiger un bilan, je l'ai donné à tous et au médecin scolaire ainsi qu'à l'enseignante référante; tout le monde parlera de la même chose et cela aura été préparé un minimum. Nous ne nous mettrons pas trop en avant nous les parents anxieux et ils feront leur boulot.

 

Ne croyez pas que je développe un syndrome de paranoïa ! Mais je crois avoir trouvé la distance nécessaire pour aider au mieux notre fils.

 

Comme, on a entendu dire au Forum des Associations le 4 mars dernier, il y a encore beaucoup de réticence à accepter nos gamins en milieu ordinaire. De réticence et de peur, de la part des enseignants. Zéphir n'est qu'en 6ème, mais c'est son 2ème collège pour la même année.

 

Nous avons privilégié pour le second choix , le collège dont nous dépendions, (c'est aussi pour eux, une obligation de nous accueillir, même le 17 décembre)
Zéphir peut y aller à pied, il rencontre des copains sur le chemin, et pour une fois ça fait comme les autres !

Amicalement,

 

Mapo