Audio - Slam

Pages publiques

Ce mois-ci

28/04/2018

JARDIN 1 - AVRIL

29/04/2018

12DYS 7 : SORTIE Équitation

23/05/2018

SOIREE THEMATIQUE MAI

26/05/2018

12DYS 7 : SORTIE ACTIVITé MAI

26/05/2018

CAFE DES PARENTS - MAI

Il faut être connecté pour accéder aux détails et s'enregistrer

Anniversaire de :


Alexandre le Bienheureux... 10ans

C’est vraiment ainsi que nous aimerions le surnommer notre fils... c’est ainsi que le perçoivent les adultes qui ne le connaissent pas bien[...]



Alexandre le Bienheureux... 10ans

Alexandre le Bienheureux...

(Muriel et Stéphane,parents d’Alexandre ,10 ans)

C’est vraiment ainsi que nous aimerions le surnommer notre fils... C’est ainsi que le perçoivent les adultes qui ne le connaissent pas bien….cool, qui s’en fout, qui est dans les nuages. Alors qu’en lui tout est tendu, sous pression jusqu’au moment où le trop-plein jaillit en bruits, tics voire pleurs…

Alexandre est notre 1er enfant, aussi nous n’étions pas inquiets même s’il a mis plus de temps que les copains pour faire du vélo, s’il ne faisait ni puzzles ni jeux de constructions, s’il n’aimait pas la foule, le bruit…chaque enfant est différent. Il n’aimait pas dessiner, ni les activités manuelles et alors ! Il faisait d’autres choses jouant avec ses bonhommes, voitures puis dinosaures et dragons … Seulement au CP nous nous sommes rendus compte que ça n’allait pas. Lui ne disait rien mais il était de plus en plus inquiet, nerveux, semblait perdu sur le plan scolaire. Nous avons vu l’enseignante qui était perdue elle aussi et nous avons progressivement pris conscience de la distance qui le séparait des autres dans l’apprentissage de l’écriture, du graphisme, des maths, du sport aussi.

Depuis l’écart se creuse toujours et Alexandre en est le premier conscient. Par exemple il voudrait faire un sport collectif ou d’adresse tout en sachant bien qu’il ne peut pas pour le moment. Par contre il est incollable sur les dinosaures, lit, s’intéresse à beaucoup de choses et parle beaucoup (sauf de lui !), joue à la DS, WII etc seul ou avec les copains ou la famille. 

Au milieu de ces difficultés sans que l’on sache pourquoi ou comment, il franchit des étapes : un jour il a été capable de renvoyer sa balle en jouant aux raquettes et depuis c’est acquis. Il a vaincu sa peur de l’eau avec son père et il sait presque nager.

Il fait des puzzles avec sa sœur de 5 ans et si elle colorie eh bien il se lance aussi. 

Nous maintenons une certaine exigence pour le travail scolaire mais nous avons appris à être moins exigeants sur le rangement de la chambre, du cartable. Je n’achète plus de chaussures à lacets, j’évite le boutonnage et je continue à couper la viande. Dans le quotidien nous essayons de restaurer sa confiance en lui pour qu’il se considère plus positivement mais c’est long et difficile.

Rien n’est figé cependant le quotidien demande tant d’efforts, occasionne tant de fatigue.

Cette année pourtant c’est différent ! Nous avons enfin pu poser un nom sur cette différence : la dispraxie visuo-spatiale. Nous avons commencé à accepter que c‘est un handicap qu’il aura toute sa vie. Il a repris la rééducation chez l’orthoptiste et nous commençons à explorer tout cet environnement : comment l’aider dans sa scolarité, de quels outils il aura besoin...,1,2,3 dys !

Nous continuons à nous poser plein de questions mais au moins nous savons que nous ne sommes pas seuls à nous les poser et qu’il existe des professionnels qui maîtrisent ces troubles mais que c’est long et difficile d’en arriver là…