Audio - Slam

Pages publiques

Ce mois-ci

26/01/2018

ASSEMBLEE GENERALE 123dys

03/02/2018

CAFE DES PARENTS - FEVRIER

03/02/2018

12DYS 7 : Party crêpes !

03/02/2018

GROUPE JEUNES ACTIVITE SORTIE

03/03/2018

CAFE DES PARENTS - MARS

Il faut être connecté pour accéder aux détails et s'enregistrer


Edwige C. maman d'un petit dyspraxique (7ans)

Je suis la maman de Tom qui a sept ans, qui est diagnostiqué dyspraxique (dont DVS) et qui souffre aussi de déficit attentionnel.



Edwige C. maman d'un petit dyspraxique (7ans)

Je suis la maman de Tom qui a sept ans, qui est diagnostiqué dyspraxique (dont DVS) et qui souffre aussi de déficit attentionnel.

 

Nous avons, mon mari et moi cherché assez vite à se rapprocher d’autres familles ayant des enfants dyspraxiques, pour trouver soutien , compréhension, informations, échanges mais aussi pour que Tom rencontre des enfants qui, bien que forcément très différents de lui, comme le sont tous les individus les uns des autres, avaient malgré tout, des points communs en ce qui concerne leurs difficultés d’apprentissage, d’appartenance au groupe, de besoin de rééducations contraignantes…

 

A une époque où, vers cinq ans et demi, il a pris la mesure de ses difficultés, où il a compris qu’elles seraient permanentes et pendant laquelle il s’est « rebellé » contre son handicap en refusant toute l’aide que lui proposait ses rééducateurs ; la rencontre avec d’autres enfants dyspraxiques de son âge ou même un peu plus âgés l’a beaucoup aidé. Il n’était plus seul à devoir apprendre le clavier en plus de l’écriture graphique, à passer 40 minutes épuisantes en orthoptie, à être accompagné d’une AVS pendant la classe….et bien que ses rapports avec ses camarades de classe aient été bons, le fait de savoir que dans d’autres écoles, d’autres enfants vivaient des choses similaires à ce qu’il vivait (la séance de l’ergothérapeute dans l’enceinte de l’école par exemple) l’a libéré.

 

Quand Sandrine m’a parlé de son projet, j’ai eu très vite envie d’y être associée ; et l’idée de journées ludiques pour nos enfants correspondait à ce que j’avais en tête depuis un moment.

 

J’ai ainsi, entre autre, participé à la journée rencontre du 27 octobre. Je suis restée toute la journée avec Tom puis mon mari nous a rejoints avec ma fille pour le goûter et les échanges avec les autres parents.

 

J’ai beaucoup aimé ce samedi et Tom ne s’est pas plaint une seule fois ce qui pour lui est vraiment signe d’une journée réussie !!!!

 

J’ai rencontré des enfants attachants, heureux de participer à ce qu’on leur proposait, fiers de ce qu’ils avaient fait ; en confiance avec les adultes qui s’occupaient d’eux. J’ai rencontré des parents désireux de s’investir pour que la cause de nos enfants soit entendue, et leurs droits respectés. Et j’ai trouvé important que les frères et sœurs de certains aient été présents pour le goûter, pour faire connaissance avec tous les autres enfants, dyspraxiques ou pas, puisqu’ils vivent eux aussi au quotidien avec le handicap. J’ai rencontré de jeunes animateurs, bénévoles, soucieux de compréhension, d’adapter leurs pratiques, afin que les enfants s’amusent véritablement. Et puis d’autres personnes encore, grands parents, amis, qui eux aussi donnent de leur temps, de leur réflexion, et je crois qu’on peut le dire de leur amour, tout simplement, pour ces enfants différents.

 

Je ne sais trop quoi ajouter pour ne pas être trop longue au risque de lasser !!! Si ce n’est que des journées comme celles là sont à refaire et encore et encore, parce que les enfants s’amusent, parce que les gens se rencontrent, parce que les individualités s’unissent pour grandir, progresser et faire évoluer les mentalités. C'est tellement important, pour nos petits et même nos grands, que les autres les entourent et les accompagnent ! C'est tellement important que, pour une fois, ils soient accueillis dans le respect de ce qu’ils sont, avec leurs difficultés mais surtout avec toutes leurs compétences, parce qu’il n’y a finalement peut être qu’une seule chose vraiment essentielle sur laquelle nous devons veiller : leur DIGNITÉ.